mardi 19 juillet 2022

Trail des Fiz - Tour des 8 refuges, une épreuve magnifique

 Voici ma traditionnelle vidéo où je vous emmène découvrir ce très joli massif des Fiz dans la réserve naturelle de Passy-Sixt. 

65km pour 4600 de D+, un sacré ratio pour une reprise des courses après une longue, trop longue période de Covid. La motivation s'est un peu perdu en cours de route mais ce Trail des Fiz m'a fait un bien fou, un bon kiff visuel du début à la fin et je ne peux que vous recommander d'y aller user vos godasses! Un trail encore accessible et une organisation bien rodée!



Canyon Aeroad CF SLX 8 Di2, my new weapon!!

Il a été attendu!!!

RIP 🪦 mon petit Ultimate, 29500km de plaisirs!
Et welcome Aeroad dans la famille, y’a plus qu’à kiffer la route!
Voici quelques photos de mon BB :-)
Mon Canyon Ultimate après la chute...Il manque un morceau!!!


L'Ardéchoise 2022, 4éme sur le parcours des Sucs!

Petit retour sur cette superbe épreuve auquel je n’avais plus participé depuis plus de 10ans! Une grosse envie de bien faire au départ, avec juste une petite incertitude concernant mon vélo, le « mulet »! Mon Canyon étant cassé suite à ma chute au mois de Mai, je suis contraint d’utiliser mon très bon Giant TCR advanced mais un peu vieillissant. Ma crainte venant surtout du braquet monté dessus, un 39x25 en 10 vitesses…
7h30, le départ est donné, il fait déjà plus de 20º et ils annoncent des températures caniculaires…je pars dans les dossards prioritaires mais il me faut faire l’effort pour accrocher tout de suite le groupe de tête dans la montée du col du Buisson.
Je sens tout de suite que la cadence de pédalage n’est pas fluide, que je suis obligé de mettre du braquet, de pédaler en puissance. Je fais un peu l’élastique à l’arrière du groupe, ça monte vite et j’ai du mal à me mettre dans le rythme!
28km/h de moyenne au sommet du col du Buisson, je bascule avec une cinquantaine de coureurs dans la descente. Mon premier objectif est atteint! 
😅
Pas le temps d’apprécier et de récupérer, la descente se fait tambour battant et étant mal placé, je me retrouve dans un petit groupe largué au moment de retrouver la vallée, c’est ballot de se faire sortir en descente! Petit moment de panique mais deux coureurs se mettent à rouler, ce qui permet au petit groupe dans lequel je suis de faire la jonction avec le peloton de tête! Ouf!
Ça se calme un peu ensuite et je peux enfin souffler un peu! Les deux premières heures sont parcourus à 35km/h de moyenne…🚀
La route s’élève à nouveau dans le col de Mezilhac et cette fois le rythme est trop important pour moi, je laisse le groupe de tête filer d’autant que la chaleur commence vraiment à se faire sentir! 
Sur l’Ardechoise, le truc sympa, c’est qu’on choisi son parcours en cours de route, ce qui permet de choisir en fonction de ses sensations du moment. Et mes sensations sont du coup pas bonnes à ce moment là ce qui me pousse à changer mes plans en faisant une croix sur la parcours de 220km et en optant pour celui de 180km, la Volcanique. Je suis tout seul au sommet de Mezilhac et je repars avec simplement un type en ligne de mire, ça me va bien car j’ai l’intention de gérer maintenant la course à mon rythme. 
Sur le beau plateau ardechois, les panoramas sont superbes et la température bien plus agréable ce qui me redonne un bon coup de boost. 
Arrivé au Gerbier de Jonc alors qu’il faut à nouveau choisir son parcours, je ne sais pas ce qui me passe par la tête, je m’embarque pour une rallonge sur le parcours des « Sucs » soit 230km! A peine 2km après je me dis que j’ai sans doute fais une erreur, alors que j’avais fais exprès de ne pas tourné quelques kilomètres avant sur le 220km craignant la grosse chaleur à venir…
Bref me voilà embarqué, alors oui les routes étaient magnifiques mais j’ai fait cette rallonge d’une quarantaine de kilomètres en partie tout seul, et ça a été un peu long par moment surtout dans le col de l’Ardechoise, en plein cagnard, une vrai vacherie!
Après ce long chemin de croix, je retrouve plus de monde en rattrapant le parcours de 180km (et oui on récupère du coup ceux qui sont partis après nous mais qui ont coupé sur des parcours plus court 😅)
Je me cale dans la roue de deux coureurs de la Volcanique qui correspondent bien à mon allure et me laisse traîner jusqu’à St Agrève, on double du monde!
Alimentation et hydratation, je gère bien mon affaire, et mise à part les jambes qui deviennent de plus en plus lourde, le reste va pas trop mal.
La dernière montée vers Lalouvesc est un gros chantier, pas qu’elle soit compliqué mais surtout par la chaleur intense! Il y a des cyclistes allongés dans les bas cotés à l’ombre, d’autres qui montent en marchant, encore d’autres qui sont à la limite de l’équilibre, ça fait des dégâts. Pour ma part, ça va pas trop vite non plus mais ça reste régulier. Je plonge enfin dans la dernière descente et la délivrance du passage de la ligne d’arrivée 🏁
232km, 8h16, 4200m D+ et premier de ma catégorie M2, 4éme au scratch! ☺️😁

Une belle journée ardechoise malgré la chaleur qui aura bien fatigué les organismes, je reviendrai!!! 


jeudi 7 avril 2022

Trail d'Auffargis 2022

 Petit condensé vidéo de ma participation au Trail d'Auffargis qui a eu lieu le 20 Mars dernier au coeur de la vallée de Chevreuse. 

Le parcours relativement "roulant" malgré les 1500m D+ (les parties où j'avais le temps de filmer!), ne laissait pas beaucoup de temps à la flânerie et malgré ma petite préparation en course à pied, j'ai pu maintenir une bonne allure jusqu'au 30éme km avant de m'effondrer et de limiter la casse pour rallier l'arrivée au terme des 44km! 
Merci à l'ASR Trail 78 pour cette très belle organisation et ce beau parcours en région parisienne, ça fait du bien de remettre un dossard! 





Street Map ou comment se retrouver cartographier!!

 Ça c'est quand même un sacré blague, se retrouver en photo sur Street Map! 


Et voici la voiture boule à facettes que j'ai moi même pris en photo ce jour là!



mardi 19 octobre 2021

Elancourt Champions Trail - 1ère édition

 Samedi 16 Octobre, c'était la première édition du "Elancourt Champions Trail", une épreuve imaginée par Alain Pelosse, organisateur bien connu des traileurs Yvelinois, et dont j'ai eu le plaisir de tracer une partie du parcours, à savoir le secteur de la colline de la Revanche!!

L'idée était de faire découvrir ce lieu qui va devenir pour les JO2024, le spot du VTT olympique! Comme vous le savez sûrement, c'est aussi le haut lieu du trail dans la région pour qui souhaite cumulé rapidement du dénivelé et il aurait été dommage de ne pas exploiter comme il se doit les sentiers de la colline!

Cerise sur le gâteau, après un parcours riche en montées/descentes, tout en monotraces, les coureurs pouvaient reprendre leur souffle, le temps d'un tour de France, en visitant France Miniature avant de passer l'arche d'arrivée sur le stade André Boniface et profiter d'une bière bien méritée!!

13kms et 300m de D+, un trail qui aura bien plu de l'avis de tous et dont je vous partage ma vidéo "inside" pour vous donner un aperçu de ce bon moment de sport et de convivialité!

Bon visionnage!

lundi 13 septembre 2021

La Marmotte Granfondo Alpes (04/09/2021)

- Temps officiel 6h59’ / 120éme -

Une gestion aux petits oignons mais c’était pas gagné d’avance ce matin.
Météo chaotique cette nuit 🌧, ça annonçait une épreuve un peu compliqué à gérer!
Après une courte nuit, je prend place dans mon sas, la pluie a cesser mais la route est bien détrempée 😕.
7h00, top départ, les fauves sont lâchés, je me colle dans les roues de belges ou néerlandais qui remontent le paquet comme des sauvages. 

Ça roule fort jusqu’au pied du Glandon où naturellement chacun se met à son rythme et le peloton s’étiole.
L’atmosphère est très humide, la route toujours bien trempée et j’ai les pieds qui commencent à prendre l’eau…😰
Différents petits groupes de niveau se forment et je décide d’en choisir un qui ne me met pas trop dans le rouge
😁
On passe le barrage de Grand Maison et les pentes se font moins raide, le rythme s’accélère mais les jambes tournent plutôt bien 👌🏻.

A la bascule du col du Glandon, pas mal de gars s’arrêtent pour ravitailler ou simplement mettre leur veste, de mon côté, pas besoin de pause, je plonge dans la descente mais je me rend compte rapidement que je suis tout seul! 😄
Le chrono est neutralisée dans cette descente dangereuse pour éviter de prendre des risques d’où le fait que la plupart prennent le temps une fois passer le col.
Moi je dévale tranquillement (+/-60km/h) en me faisant quand même bien plaisir surtout que la route a maintenant sèché et permet des freinages appuyés (ouf, je me voyais mal descendre sur route humide avec mes freins à patins!)
Arrivé dans la vallée, je me retrouve dans un premier temps avec 4 gars puis on appuie quelques kilomètres pour rentrer sur un autre groupe d’une quinzaine de coureurs. 

A partir de là, je me suis fait tout petit a l’arrière et j’ai attendu que ça passe!! 😇 J’ai profité de ces 25/30 kilomètres pour me refaire une santé: étirements, ravitaillement solide et liquide, Check up, tout allait toujours bien!
A l’approche du pied du Télégraphe, je suis à sec d’eau et je loupe comme un bleu le point d’eau en retrait de la route 😕
Heureusement je trouve un peu plus loin une fontaine mais je suis le seul a m’arrêter et je perd du coup le contact avec mon groupe.
Je recharge rapido et je pars a l’assaut du col, le groupe n’est pas très loin à 300m, à ce moment là je fais peut être une bêtise mais je me décide à faire un gros effort en mettant du braquet pour me replacer dans les roues!
Le cardio monte pas mal d’un coup, 170/175 puls, pas loin de mon Max et je m’efforce une fois revenue à l’abri de le faire redescendre pour reprendre un rythme de croisière. Au fil des km, les plus costaud accélèrent et ça saute de partout, je suis en sursis et à 5/6 km du sommet, je préfère laissé partir et me mettre gentiment à mon tempo.
Je passe le col du Télégraphe avec un peu de retard sur mes compagnons mais j’en reprend une partie dans la descente sur Valloire.
A la sortie de Valloire, il y a les terribles rampes qui pètent bien les cuisses à ce moment là de la course.
Le ravito arrive un peu après et j’en profite pour faire un petite pause pour recharger les batteries avant le plat de résistance: Le Galibier! 😱
J’y retrouve Arnaud-Xavier qui est parti à 5h du matin sous la flotte pour tenter l’ultra Fondo et ses deux montées de l’Alpe d’Huez! 🥶
Je repars forcément en ayant perdu mes collègues de routes mais ce n’est pas bien grave car je compte escalader le col en gérant au maximum sans me laisser entraîner par les gars plus rapide.
Jusqu’à Plan Lachat, ça se passe plutôt bien, surtout que le vent est nul puis les premières grosses pentes arrivent et ça devient sauve qui peut!!
🤪

36x28, 36x25 par moment pour relancer en danseuse, ça reste poussif et les kilomètres ne passent pas bien vite. 


Je tient bon et ne me désuni pas malgré quelques coureurs qui me doublent avec une facilité déconcertante 🤨
La météo se tient avec de belles éclaircies maintenant et surtout des températures vraiment top pour rouler.
Le sommet, enfin, une délivrance!! Les premiers sont déjà passé depuis 1h…😰💪🏻

Pause photo/ravito puis je me lance dans la longue descente qui nous ramène sur Bourg d’Oisans, en passant par le col du Lautaret, Villars d’Arene, la Grave. C’est une longue portion où il faut pédaler et emmener du braquet. Ce qui m’inquiète c’est que je suis tout seul et j’ai moyennent envie de me cramer…

Je rattrape bien un hollandais mais dans un premier temps il n’avait aucunement l’intention de m’aider et reste bien collé à ma roue 🤬 À force de freiner, il fini par me prendre quelques relais mais musculairement je sens bien que je fais trop d’effort et je suis limite en train de cramper. Je prends néanmoins soin de bien boire et manger sur cette portion car le final va être terrible!
Entrée de Bourg d’Oisans, je fais une dernière halte au ravito pour prendre des forces avant la grimpée car je risque d’y passer un peu de temps! Les premières rampes jusqu’à La Garde sont terribles, on doit pas être loin des 13/14% et heureusement que dans chaque virage ça s’aplanie un peu pour reprendre son souffle et se détendre musculairement. Je m’étire régulièrement aussi car mon dos commence à exprimer ces limites (petite hernie discale qui me pourrie la vie depuis quelques temps…☹️)

Jusqu’au village de Huez, je suis vraiment dans le dur, et me fait doubler à tout va, je reste collé à la roue arrière d’un coureur qui a l’air dans la même souffrance que moi mais son rythme me convient parfaitement!
Puis à 5km de l’arrivée, ça se débloque, la pente se fait moins raide et je retrouve un surcroît d’énergie qui me permet de remettre à nouveau du braquet! 
La différence est nette et je me transforme en pacman remontant un à un les coureurs a la dérive, j’ai du en ramasser une bonne quinzaine, ça devient kiffant!
Ultimo km, je saute encore un coureur dans la dernière petite bosse avant la ligne d’arrivée, y’a pas de pitié et viens en finir en 7h25’ à la 99éme place!!! 
Trop content, bon finalement j’aurais du m’abstenir de doubler le dernier coureur, ça aurait été classe de faire 100éme aussi 😅
(C'était mon temps et ma place au scratch avant le retrait du temps de descente du Glandon et que tout les concurrents partis dans les sas après moi arrivent)
A bientôt les amis pour de nouvelles aventures 🚴🏻🏃🏻‍♂️